Retour sur les 100 kilomètres de Steenwerck


Entrainements & Sorties!, Run & Trail / samedi, mai 12th, 2018

Comme chaque année je me suis lancé sur le 100km de Steenwerck, cette course est sélective, je la réussi une fois sur deux…

C’était le défi du mois de mai et je compte bien le réussir !

 

Je vous avais même fait un plan de préparation pour ceux qui voulaient me rejoindre

 

Le principe de Steenwerck, c’est une petite boucle d’exhibition dans le village pour ensuite enchaîner 2 boucles de 16 et de 15km (le jaune et la bleu) qui se croise dans la salle des fêtes du village

Cela forme un 8

Cette course est une vraie fête de village !! avec un accueil du coureur parfait ! tout est mise en œuvre pour aider le plus de monde à passer la ligne.

Pour une question de préparation et de gestion de mes besoins pendant la course, je stationne du matin la voiture juste à cote du parcours au niveau de la salle de sport

Avec tout le matériel, j’avais bien pris plus qu’il n’en fallait…100Km on en sais pas réellement comment cela va se passer… on reste dans le nord, et ça reste un 100km plus d’une journée de course tous peut arriver… et puis c’est du bitume…. Je n’aime pas le bitume…

Me voile revenu à 17h, je récupère mon dossard, je rencontre tout le monde !

On discute… on parle de la course, de nos histoires déjà vécu, des prochaines et on compare nos derniers bobos de Runner…

Je vais ensuite me préparer dans la barebomobile… pleine a ras bord de matériel, de nourriture et d’un matelas gonflable pour se poser tranquille, avant, pendant et après la course…

Je croise des Runner en nord, des copains & guillaumes qui a été présent en début de parcours pour quelques photos et encourager ! je discute aussi avec des personnes qui viennent pour la première fois et donc comme toute les premières, le stress est la !

Je fais les derniers réglages et hop on est parti pour le km0

   

Tous les participants déposent leur numéro dans l’urne de départ, pour valider leur présence et ensuite nous attendons dans un parc, le portail s’ouvre et nous voila arriver sur la ligne

Les petits discours, un lâché de pigeons et nous voilà partit !

Je n’ai absolument pas de stratégie de course, je vais partir au feeling, je sais que je sais faire le parcours car je suis déjà finnisher mais j’avais eu un accompagnateur, mon cher père, qui avait tout gérer depuis son vélo, rythme, cadence nourriture, ravitaillement… là, pour cette fois je suis seul, je gère tous comme un grand !

J’ai juste prévu de me changer régulièrement pendant la course.

Je me dis que si je garde un rythme de 10km/h je peux atteindre les 60 et ensuite il restera 40 à faire…et s’il faut j’ai même pris mes bâtons dans la voiture (je t’ai dit que j’ai absolument tous pris ?) je pourrais terminer en marche nordique parce que bon finalement je n’aime pas le bitume 😉

Aller go, on est parti, tranquillement, le tour du village permet de voir du monde de se faire encourager… ensuite on arrive dans le fond, dans le dur, on rejoint les grandes boucles

Le 10km est à peu près dans le temps fixé sans difficulté, et ensuite naturellement mon rythme normal prend le relais, j’arrive à la salle, 22km en 2h06, je m’arrête à la voiture, je prends la lampe frontale, il est 21h et mon prochain passage sera dans 15km, je préfère prendre les devants et Je mets des manchons pour les bras il commence déjà à refroidir, je vais me couvrir un peu et s’il faut je me changerais plus tard. Je prends 2 flasques d’eau salé sucre pour compléter la poche a eau du sac (même si finalement, je ne les utiliserais pas) Et hop je suis reparti – les appuis sur le sol sont pas les mêmes que lors d’un trail, je n’aime pas le bitume !

Je m’arrête rapidement sur le stand du ravitaillement, je prends ce qui sera ma nourriture tout au long du 100km :

  • Des fruits secs,
  • Banane
  • Un bout de fromage.

Tous les 5km je ne mangerais que ça, aucun gel, aucune barre… je veux être sûr de n’avoir aucun problème gastrique, et de garder l’Energie pour courir et pas à digérer.

J’avais bien mangé toute la semaine en suivant le principe de prépa nourriture marathon que je vous parle, j’avais donc fait le plein de glucide.

Et puis j’ai pris un peu de poids dernièrement, faut bien consommer les graisses 😊

Coté boissons je prendrais

  • Un verre d’eau pétillante
  • Un verre de coca a chaque fois.

Le reste du temps j’aurais ma poche a eau dans le dos et je boirais une gorgé tous les km, il faut donc faire attention à ce quel soit remplis à chaque sortie de ravitaillement…

Je clôture la 1er grande boucle au km 37 a environ 3h45, je prends le temps aussi de m’arrêter pour me changer complètement, quelques douleurs dans le genou à cause du bitume et des impacts sur le sol plus important. J’ai pris ma genouillère, je la vois mais je ne la mets pas, au prochain tour…j’aime pas le bitume !

 

Le haut du corps est trempé, la nuit est tombée et le vent se lève, les 24 degrés du départ ont disparu… on se rapproche rapidement des 8-10 degrés…

Je mets un t-shirt manche longue, je retire la casquette et je mets un bonnet fin pour garder la chaleur du corps et protéger les oreilles du vent. Et je repars

Je passe le marathon en 4h20, le rythme est bon, les jambes sont là, mais je commence à sentir des douleurs dans le genou revenir par moment… le même genou qui m’avait lâché sur le trail des poilus… je me parle à moi-même pour penser à autre chose, je chante, je raconte des histoires, je pense à l’évolution du blog… et la douleur disparait (mais s’il y a des personnes qui sont passé à côté de moi ils ont dû avoir peur 😊)

C’est à cause du bitume, je n’aime pas le bitume 😊

Au km 49, je croise Freddy un pote de run du Ravensberg bailleul qui est dans la douleur, il reste 4 km avant la salle, je l’accompagne pour finir ensemble. C’est aussi ça le running et l’esprit de cette course, on avance ensemble !

On discute mais on parle surtout bobo…et mine de rien ont fini par arriver au km 53 cela fait 6h que nous avons démarrer… Freddy s’arrêtera la pour se soigner, moi je passe à la barbomobile pour me changer une nouvelle fois, et je mets la genouillère pour continuer, je mets ma veste Cimalp que je ballade sur les trails comme celui de la sainte Lyon, il n’y a pas photo !  Je suis bien dedans et je n’ai pas froid avec !! et avec le vent, et l’Energie dépenser j’ajoute des gants ! sérieux il pèle !! on doit être aux environ des 5 degrés, et avec le vent ça n’aide pas…

De la chaleur et le fait de se sentir bien dans ses vêtements ça donne de l’énergie pour repartir pour finaliser la 2eme grande boucle, mais je n’aime pas le bitume !

Et là je croise de nouveau plein de Runner en nord !! venu encourager une autre runneuse virginie ! ! ça fait plaisir à voir cette convivialité et cet esprit de cohésion !!  Une petite photo et hop go go !!

Pour arriver à la salle au km 70, je décide de prendre un nouveau rythme car je sens que la fatigue est là, et j’ai fait la moitié en moins de 6h…je me dit que le petit challenge perso d’être en dessous des 15h est bien partit… je choisi d’alterner course et marche… soit environ 1km de marche & 2km de run…

Ce qui permet de se motiver et continue d’avancer, parce que là je n’aime pas le bitume !

Mais ce qui motive c’est de voir tous les 5 km le chiffre se rapprocher de 100

Je tiendrais ce rythme quasiment jusqu’au km 89 en voyant le soleil se lever! et les oiseaux chanter! , ensuite je marche jusqu’au km 96…ou la magie du cerveau j’arrive à faire redémarrer la machine et à courir jusqu’à la lige d’arrivée… 12h33 j’ai fini les 100km de Steenwerck et je n’aime toujours pas le bitume !

Mais Steenwerck ce n’est pas que ça…

C’est une course contre soi-même avec les autres… les autres c’est qui ? les copains sur les réseaux sociaux qui t’encouragent pour te dépasser !! ton père qui t’envoie des messages pour te dire que ton rythme est trop haut !

Les autres coureurs qui t’aident et avec qui tu partages pour apprendre et avancer… les coureurs que tu aides à faire avancer !

Les bénévoles qui sont aux petits soins pour que tu y arrives ! « Vous avez besoins de quoi ? » jamais je l’aurais entendu aussi souvent sur 12h 😊

Steenwerck c’est aussi les inconnus qui a chaque passage t’entourage, la fête dans les quartiers ou en campagne ! ou même sous les tentes de ravitaillement !

Spécial dédicace au Thor en carton !

 

Bref c’est la course à découvrir ! vous pouvez venir pour faire un 22km, un 37… ou voir le 100 on s’en fou de votre distance finalement, le principal c’est de faire un bout de chemin ensemble, partager et vivre ce moment de convivialité autour d’une même passion qu’est le running !

 

Mais je n’aime toujours pas le bitume !

 

Ps : mes pieds ont pris cher !

 

4 réponses à « Retour sur les 100 kilomètres de Steenwerck »

  1. Super performance Rémi ! La prochaine fois, prend une course avec plus de bitume, tu sembles bien aimer ça ! 😂😂

  2. Super ce résumé de course. Grave à ton récit on imagine un peu mieux ce que ça doit être de faire une course pareille !
    Et bravo pour cet exploit qui pour le commun des mortels que nous sommes, paraît inimaginable!
    À 4h 20 je suis passé sousle pont de Steenwerck pour aller bosser et j’ai vu 2 frontales au dessus, j’ai klaxonné comme un malade! Lol
    Félicitation!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.