Sainte Lyon 2018, si vous retrouvez ma cheville…


Non classé / dimanche, décembre 9th, 2018

La sainte Lyon 2018 était pour moi l’occasion de la redécouvrir

Suite à la version 2017 j’avais dit je reviendrais dans quelques années… et puis l’organisation avait dit « parcours inédit, 81 km et on revient au parcours initial ».

Et la course c’est donc inscrite naturellement dans mon calendrier.

L’objectif de cette année était de faire un temps sur un 100km et d’être finisher de la 6000D, chose faite la sainte Lyon j’y aller pour m’amuser et finir l’année 2018

Depuis la 6000D, j’avais de la fatigue accumulé et  suite mon malaise sur la traversée des Pyrénées je n’étais pas à bloque et loin d’etre affuté… j’avais réduit les entraînements pour essayer de récupérer convenablement. Je venais sur la sainte Lyon en mode cool, sans aucun objectif de temps, de l’amusement et aller courir la nuit, retrouver le dragon de lumière qui grimpe dans les monts que je trouve magnifique.

Et surtout retrouver les copains !

Ayant de la famille à proximité c’était l’occasion d’aller profiter et de passer un week-end entre père & fils.

Arrivé du jeudi tranquillement j’avais déjà pu prendre mes marques.

Le vendredi était très pluvieux mais contrairement à l’année passée je n’avais pas dû subir le froid… cela annoncé des parcours boueux.

Arrivé sur le salon, j’avais pu croiser du monde et rencontrer les marques comme cimalp qui est la marque avec lequel je cour, Stoots qui fait des frontales superbes et légères (je crois que je vais évoluer rapidement vers cette marque).

et j’ai eu un coup de cœur pour ce peintre, Vincent Dogna qui a fait des œuvres magnifique !!! je crois que je vais garder en memoire pour avoir un beau tableau à la maison 🙂

Repartit en famille j’ai pu me reposer jusque samedi après-midi,ou je suis revenu à la halle Tony Garnier et rejoindre Julien de c’est bien d’être bien avec qui j’ai déjà couru l’année passée mais avec qui on se croise sur les courses de malades comme la 14 18, on est dans le même délires et le même esprit ! On rejoint d’autres runner comme thomas qui fait partie des runners en nord ainsi qu’Amélie et Claude son père !   Pour être reçu par Franck ! 

Un super trailer que julien nous a présenter qui nous a reçu chez lui autour d’un bon plat de pâtes aux fromages et qui ensuite nous a déposé à saint Etienne et qui nous a même accompagné jusqu’à la ligne de départ !!Un super gars que je remercie encore !!

On a retrouvé sur la ligne de départ Elisa Is running, thomas et des potes  à eux avec qui on a patienté dans une bonne ambiance !! un bon moment qui nous a permis de pas trop regarder le temps passer… parce que c’est long pour démarrer… des vagues de 1000 personnes… espacé de 15 min… c’est vraiment long… 00 :15 ont fini par démarré et il était temps car 1km plus loin on s’arrête déjà pour faire une pause pipi 🙂

je vais pas non plus payé 🙂

Les 7 premiers km sont moins long que la première version, du chemin mais pas encore de boue… de belle vue sur saint Etienne

Ensuite on arrive dans la partie de vrai chemin… de la boue tu en veux ? Ben en voilà !! Bon j’avoue que le trail des poilus c’était bien pire !! On avance avec julien a un bon rythme mais on perd vite le reste de la troupe.

Mais continuellement sous la pluie et du vent…  on se rapproche du premier ravito

On en chie mais c’est marrant l’ambiance est au rendez-vous, je rencontre notre premier dragon de lumière que j’aime beaucoup et puis un moment dans une descente vers notre premier ravito

bim !

Le pied glisse et je me marche sur la cheville, sur l’instant je tenais plus sur mon pied…heureusement julien est là, il m’aide et puis pas le choix on descend… j’essaie de marcher et de recourir pour voir comment sa tient… mais chaque pas est une douleur… vraiment pas agréable

On arrive aux ravitos, je ne vois pas de bus et puis mentalement je ne suis pas là pour enfiler des perles je veux repartir…

On redémarre, le passage entre la tonnelle de ravito et le dehors, il fait froid et surtout humide ! On continue d’avancer, la douleur me fait ralentir et puis un moment on croise une route et là je voie le bus de rapatriement, j’hésite mais la douleur est pas agréable, et j’ai peur de lâcher entre 2 ravitaillement…je vais être sérieux. La saison va s’arrêter la, je laisse julien en solo avec ma fiche de topos de trail pour qu’il termine !!

Si vous voulez plus de suivi je vous invite à suivre son histoire ici ou dans sa vidéo !

Pour moi l’aventure se fera surtout dans le bus de retour…comment dire le chauffeur était à fond ! Pas agréable, roulais comme undingue mais au moins sur le coup j’oublié ma douleur… j’etais aussi heureux de descendre en vie que de passer la ligne d’arrivée 🙂 

La saison se termine avec une cheville arrachée, un peu amer mais pour revenir en force en 2019 avec des objectifs pleins la tête !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.